Sénégal – 15 jours fantastiques avec Madia

Sénégal – 15 jours fantastiques avec Madia


Témoignage de Sylvie
Voyage en famille
15 jours en Janvier 2019
Guide : Madia


Partez vous aussi vivre une expérience au Sénégal avec Madia



Où est née l’envie pour vous d’aller au Sénégal ?

 “Nous ne regrettons pas notre choix, le Sénégal est un pays très attachant, nous avons vécu une super expérience” Mon conjoint et moi souhaitions partir en voyage avec nos deux grands enfants. Nous avions deux principaux critères pour le choix de notre destination. Premièrement, nous recherchions une destination relativement proche pour laquelle nos enfants, qui reprenaient le travail dès leur retour en France, n’allaient pas souffrir du décalage horaire.

 “Nous ne regrettons pas notre choix, le Sénégal est un pays très attachant, nous avons vécu une super expérience”

Deuxièmement, nous voulions partir au soleil. D’un point de vue plus personnel, j’avais très envie de partir en Afrique. Je suis infirmière dans un lycée professionnel et je suis très souvent au contact de jeunes d’origine africaine qui m’ont toujours donné l’envie de visiter l’Afrique Noire. C’est ainsi que nous avons choisi de partir au Sénégal du 22 décembre 2018 au 4 janvier 2019. Nous ne regrettons pas notre choix, le Sénégal est un pays très attachant, nous avons vraiment vécu une superbe expérience.



Comment avez-vous préparé votre voyage avec Madia ?

Comme nous avions l’habitude de le faire pour chacun de nos voyages, nous avions préalablement élaboré notre itinéraire pour ces 2 semaines et réservé chacun de nos hôtels, il ne restait plus qu’à louer un véhicule pour pouvoir nous déplacer indépendamment sur place. Seulement, au fur et à mesure de nos recherches, nous nous sommes rendu compte qu’il serait sûrement plus judicieux de prendre un guide pour nous accompagner.

C’est ainsi que nous avons trouvé de nombreux avis favorables sur Madia et que nous l’avons contacté. Il nous a tout de suite séduits par sa réactivité et son bon français. Nous avons appris plus tard qu’il avait fait des études, ce qui justifiait son niveau de français et ce qui lui avait permis d’acquérir toutes ses connaissances au sujet de son pays (politiques, culturelles, économiques, la faune et la flore…).

C’était la première fois que nous faisions appel à un guide indépendant. Nous n’avions pas ressenti le besoin d’en contacter pour nos précédents voyages aux États-Unis et en Australie. Mais nous ne faisions pour autant jamais appel aux agences.

“Nous nous sommes rendu compte qu’il serait sûrement plus judicieux de prendre un guide pour nous accompagner.”

Concernant l’organisation de notre voyage, nous avons présenté notre itinéraire à Madia qui nous a donné ses impressions sur celui-ci. Il a ensuite prévu les visites et excursions en étant à l’écoute de nos désirs. Madia nous a demandé un acompte de 250€ pour l’argent qu’il avait avancé. Malgré nos craintes, nous lui avons versé cet acompte par virement bancaire. Au total, nous avons versé 1500€ à Madia pour 13 jours, ce qui comprend ses services de guide, un chauffeur avec un véhicule et l’essence ainsi que certaines activités et visites (balade en pirogue par exemple). Nous avions déjà réservé nos hôtels et c’était une erreur, mieux vaut laisser Madia faire les réservations car les prix sont souvent moins chers grâce à lui !


Une fois sur place, comment s’est passé votre voyage ?

En arrivant au Sénégal, nous pensions que Madia allait être seul pour s’occuper de nous, mais nous avons eu la bonne surprise de voir qu’il était toujours accompagné d’un chauffeur. C’était un vrai plus ! Madia pouvait ainsi se dédier à nous, les bagages étaient toujours en sûreté auprès du chauffeur et nous avons gagné un temps précieux. De plus, le véhicule était toujours adapté aux différentes situations (le nombre de personnes, les lieux), nous sommes aussi bien montés dans des 4X4 que des berlines. Nous avons débuté notre séjour à Dakar où Madia nous a accueillis. Pendant 2 jours, nous avons voyagé sans Madia pour visiter le Lac Rose et sa région. Nous sommes par la suite revenus à Dakar et nous avons enchaîné notre séjour aux côtés de Madia vers l’île de Gorée, la Somone, l’île aux coquillages, la Réserve de Bandia, l’espace Sobo-Badé, le village de Simal, la ville de M’bour, le désert de Lompoul, la ville de Saint Louis et pour finir la réserve aux oiseaux de Djouj.

Madia a été formidable. Il connaît beaucoup de monde au Sénégal et a su gérer notre séjour à la perfection. Il s’est occupé de toutes les activités et excursions. Il aime faire découvrir les beautés naturelles de son pays. Nous avons adoré échanger avec lui durant tout notre séjour, c’est une personne très intéressante. Nous nous sommes sentis en sécurité.

“Le jour de l’anniversaire de notre fille, il a apporté un gâteau sur notre lieu de visite. Il a eu plein de petites attentions de ce type.”

Madia est très attentionné, il porte beaucoup d’intérêt à votre bonheur. Le jour de l’anniversaire de notre fille, il a apporté un gâteau sur notre lieu de visite. Il a eu plein de petites attentions de ce type. Il nous a offert des cadeaux le jour de notre départ, il a fait un diplôme et un roadbook (petit livre retraçant l’itinéraire du voyage) pour nos enfants. Nous avons vraiment apprécié, c’est une personne qui a beaucoup à offrir. Durant notre séjour, nous avons eu la chance de vivre deux expériences uniques. Premièrement, Madia nous a emmenés manger chez l’habitant, c’était super intéressant. On a pu cuisiner et bien discuter avec nos hôtes. Enfin, Madia a exaucé mon souhait de visiter une école pour pouvoir discuter avec l’institutrice et distribuer les fournitures que nous avions apportées.


Quels conseils donneriez-vous ?

Nous remercions chaleureusement Madia pour ces beaux moments, nous le recommandons à 100%. Nous allons retourner au Sénégal l’année prochaine et nous laisserons Madia s’occuper entièrement de notre séjour.  C’était la première fois que nous prenions un guide indépendant et nous serions prêts à refaire appel à un guide sur SoGuide, et ce sûrement en Asie !

“Nous remercions chaleureusement Madia pour ces beaux moments, nous le recommandons à 100%.”

Partez vous aussi vivre une expérience au Sénégal avec Madia


Maroc – Besoin d’un chauffeur ?

Maroc – Comment trouver un chauffeur au Maroc à Marrakech pour vous accompagner dans l’Atlas, à Essaouira ou dans le désert ?


Les conseils de SoGuide
Les chauffeurs au Maroc
Juillet 2017


Retrouvez ici tous nos guides Marocains


Dans cet article nous vous expliquons les avantages, inconvénients et infos pratiques des modes de transports depuis Marrakech pour Essaouira, l’Atlas Marocain (Mgoun, Toubkal) et enfin le désert près de Merzouga : bus, chauffeur privé, guide, taxi, agence de voyage, compagnies de transport, quel est le plus pratique ?

Se rendre dans l’Atlas depuis Marrakech : guide ou taxi ?

Dans l’Atlas, deux ascensions sont vraiment magnifiques à faire : le Jebel Toubkal, sommet le plus haut du Maghreb (4167m) ou le Mgoun, moins connu et moins touristique (4008m). Vous pouvez opter pour un treck de plusieurs jours, une balade en famille ou une ascension du Toubkal en une journée, si vous vous levez de bonne heure et que vous êtes relativement sportif !

L’ascension du Toubkal peut se faire en indépendant, mais pour le Mgoun, c’est impossible sans guide : si vous faites un treck de plus d’une journée, prenez un accompagnateur qui connait la région et s’occupera de l’organisation (trajet depuis Marrakech, logements chez l’habitant, mules, repas…). Pour trouver des guides indépendants de bonne réputation, avec tous les avis de leurs anciens clients, c’est par ici !

Si vous souhaitez faire le Toubkal en une seule journée en indépendant, il faudra vous rendre dans le petit village d’Imlil à 64 km de Marrakech. Pour y accéder, depuis Marrakech, il faut prendre la route s501 jusqu’à Asni puis 6038 jusqu’à Imlil. Il est aussi possible de s’y rendre depuis Agadir, Taroudant, Ijoukak, Ouirgane et Asni, par tout type de voitures et autocar car la route est correcte et goudronnée.

En l’absence de bus, nous vous conseillons de vous y rendre en « Grand Taxi », à partir de la station de Bab El Rob : si vous n’êtes pas surs de la trouver, demandez à des locaux, ou à un « petit taxi ». A noter qu’il existe au Maroc, deux types de taxis : les petits taxis dans les villes et les grands pour de plus longues distances – ce sont souvent de vieilles Mercedes ou Peugeot. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, les « Grand Taxis » ne sont pas toujours plus confortables que les bus, car pour rentabiliser les courses, les chauffeurs ont tendance à entasser 5 à 7 personnes dans le même véhicule pendant 4h30 de route ! Arrivé à Imil le chemin n’est pas très bien indiqué mais, demandez aux locaux et ils vous aiguilleront. Si vous êtes en famille, nous vous conseillons vivement de prendre un guide local.

Se rendre à Essaouira depuis Marrakech : le bus reste le plus pratique !

Pour aller à Essaouira, plusieurs choix sont possibles. Cependant, de manière générale, nous vous conseillons, pour ce type de trajet, de prendre des bus et d’éviter les agences. Une fois sur place, vous pourrez si vous le souhaitez, visiter la ville avec un guide local !

Le plus simple est donc d’y aller en bus climatisé pour environ 6 à 7 euros par personne, par trajet. Nous vous conseillons deux compagnies en particulier : Supratour, qui part de la gare ferroviaire (et non la gare routière – attention !) et CTM, qui part de la gare CTM à 500m de la gare ferroviaire. Notez qu’il est possible de se rendre à ces gares depuis l’aéroport en prenant le bus n°19 à 30 dirham par personne ou un taxi à 60 dirham pour deux.

La réservation en ligne n’est pas possible pour ces bus : si vous le pouvez, pensez à réserver les billets la veille pour l’aller et prenez le retour directement sur place. Il y a plusieurs départs tout au long de la journée, 7j/7 et il faut compter 2h30 de trajet.

A la gare routière, au guichet n°7, vous pouvez aussi prendre un bus avec les « locaux » pour 50 dirham par personne : cependant le bus n’est pas climatisé et s’arrête à chaque village, soit 3h30 de trajet… Vous pouvez enfin prendre un taxi mais c’est plus cher : compter 700 dirham pour deux pour l’aller.

Se rendre dans le désert avec un chauffeur 

Si vous souhaitez vous rendre dans le désert, et en particulier aux dunes d’Erg Chebbi, vous pouvez là aussi contacter un guide qui s’occupera de l’organisation de votre séjour. Pour trouver les meilleurs guides, c’est par ici !

Merzouga est la ville de départ de nombreuses excursions dans le désert marocain. Si vous passez par un guide local, le transport depuis Marrakech sera pris en charge en voiture privée.

Si vous souhaitez rejoindre Merzouga par vous-même en indépendant depuis Marrakech, c’est pratiquement impossible en transports publics / bus en une seule journée : au mieux, passez par Ouarzazate, puis Erfoud et enfin Merzouga en plusieurs jours…

Pour vous y rendre depuis Marrakech nous vous conseillons donc de prendre la compagnie Supratour, avec un trajet sur la journée – compter 12h. Sur le chemin, vous pouvez éventuellement vous arrêter à Ouarzazate pour vous y reposer et visiter !

Dernière possibilité, vous pouvez louer une voiture mais le trajet est très long et vous risquez de tomber sur un véhicule de mauvaise qualité, donc méfiance !


Retrouvez ici tous nos guides Marocains


Sénégal – 15 jours en famille au pays de la Téranga avec Diegane

Sénégal – 15 jours en famille au pays de la Téranga avec Diegane


Témoignage de Pauline
Voyage en famille

15 jours en Septembre 2016
Guide : Diegane


Partez vous aussi vivre une expérience au Sénégal avec Diegane


Etudiante de 23 ans, j’ai décidé dans le cadre de mes études de partir faire un stage dans ce magnifique pays qu’est le Sénégal. Après deux mois sur place, mes parents et ma sœur ont décidé de profiter de l’occasion et sont venus me rendre visite. Les trajets en taxi brousses étant assez fastidieux, nous avons donc décidé de contacter un guide chauffeur via SoGuide, afin de pouvoir profiter de notre voyage en toute sérénité !

Après plusieurs échanges, nous avons choisi de partir avec Diegane : très professionnel il a été très réactif pour répondre à nos questionsIl s’est montré très flexible et a adapté sa proposition à nos envies ainsi qu’à notre budget. Diegane et son chauffeur nous ont proposé un tarif vraiment très avantageux pour ce périple de 15 jours !


« Il s’est montré très flexible et a adapté sa proposition à nos envies et notre budget »


Notre périple a commencé tranquillement avec la visite de l’île de Gorée et une journée à la station balnéaire de la Somone. Nous avons ensuite pris la route du Sine Saloum, notre coup de cœur du séjour ! En chemin nous avons fait un stop pour voir le spectacle de l’arrivée des pêcheurs à M’bour… couleurs et odeurs garanties !

Arrivés dans le Sine Saloum, nous avions envie de nous retrouver en famille, Diegane s’est parfaitement adapté, il nous a déposés et nous a récupérés quelques jours plus tard. Le Sine Saloum est une région absolument magnifique aux paysages variés : les bolongs où on se balade en pirogue en observant les martins pêcheurs pies, les pélicans et autres hérons, ou encore la palmeraie dans laquelle on peut rencontrer les dernières familles de nomades du Sénégal.


« La route du Sine Saloum, a été notre coup de cœur du séjour ! »


Après quelques jours de repos nous avons repris la route direction le nord du pays ! La route entre le Sine Saloum et le nord est très longue, il vaut mieux partir avec un guide qui a un bon véhicule comme Diegane ! Nous avons testé le campement du désert à Lompoul, excellente expérience ! Les tentes sont très confortables (vrai lit avec une grosse couverture, douche en plein air…) et l’ambiance est magique. Dès que la nuit tombe, des dizaines de bougies sont allumées dans le campement et les berbères commencent à danser au son des tamtams.

Pour finir nous avons découvert la ville de Saint Louis !  Nous n’avons pas vraiment été emballés, beaucoup de route pour une ville similaire à M’bour ou Dakar…. Avec le recul nous aurions préféré passer quelques jours de plus dans le Sine Saloum ! Si toutefois vous y allez, le musée de l’aéropostale et l’institut français valent le détour !


« Nous avons testé le campement du désert à Lompoul, excellente expérience ! »


Après une dernière nuit au bord du lac rose, nous avons quitté Diegane et le Sénégal, avec de merveilleux souvenirs plein la tête et l’envie de revenir au Sénégal pour découvrir la Casamance !


Partez vous aussi vivre une expérience au Sénégal avec Diegane


Népal – Les superbes images de la photographe Julie Puech

Népal – Les superbes images de la photographe Julie Puech


Reportage photo de Julie Puech
Voyage en solo
Janvier 2016

Guide : Gelzen


Partez vous aussi vivre une expérience au Népal avec Gelzen


Entre glace et plume… la beauté fragile, de glaciers qui se meurent. Les glaciers reculent, se recroquevillent au cœur des montagnes. L’oiseau les survole, d’un coup d’aile, il est déjà loin…

Temple bouddhiste, à 3600m d’altitude, dans le dernier village avant de monter au col Thorung la Pass qui est lui à 5400m d’altitude…

Des bisons dans l’ouest américain ?
Un troupeau perdu dans les plaines mongoles ?
Ces paysages m’ont fait voyager, la sensation de me retrouver dans d’autres pays à chaque nouveau pas… mais nous étions bel et bien au Népal, avec les premiers yaks du voyage !

Fin de journée en ville… Les rickshaw, tuks tuks, bus, mini bus, extra mini bus, camions, chiens, vaches, humains, singes… vont et viennent, s’en vont et reviennent, sans cesse, dans un concert de klaxons (qui veulent à la fois dire salut, pousse toi, hey toi, j’arrive, dégage, j’ai plus de freins… à vous d’imaginer d’autres significations) et une joyeuse sarabande où seuls les locaux semblent s’y retrouver .

J’ai fait très peu de portraits au Népal, je suis toujours très mal à l’aise pour prendre en photo les gens… mais ces deux femmes m’ont invité à boire le thé, le traditionnel thé népalais agrémenté de lait (souvent en poudre), j’ai fini par leurs demander s’il était possible de les prendre en photo (« Photo kitchna teutchou? » quelque chose dans le genre en Népali !) et quel bonheur de pouvoir ainsi garder en mémoire leurs si beaux visages…

« Si tu ne trouves pas d’ami sage, prêt à cheminer avec toi, résolu, constant, marche seul, comme un roi après une conquête ou un éléphant dans la forêt. » – Buddha

Matin et soir, la brume s’emparait des lieux, nous enveloppant dans une atmosphère incroyable… nous étions près du village de Bhorle, où nous réalisions un chantier solidaire international.

Une mère et son enfant, rencontrés dans le village où nous avons séjourné pendant une semaine. Le dernier soir, nous étions invité à nous joindre à eux pour célébrer une fête bouddhiste en l’honneur de l’entrée en l’âge « adulte » d’un jeune homme de 14 ans.
J’ai pu passer une heure avec cette femme, des amies à elle ainsi que leurs enfants, à discuter avec gestes, scènes de théâtre, mimiques… et de nombreux rires !

A la fin, j’ai osé lui demander de prendre une photo d’elle, pouvoir ainsi garder un souvenir de sa beauté envoûtante…


Partez vous aussi vivre une expérience au Népal avec Gelzen
Retrouvez la page
Facebook de Julie pour voir plus de photos

Maroc – 4 jours dans le Moyen Atlas avec Abdou

Maroc – 4 jours dans le Moyen Atlas avec Abdou


Témoignage de Bruno
Voyage en couple

4 jours en Avril 2014
Guide : Abdou


Partez vous aussi vivre une expérience dans le Moyen Atlas avec Abdou


Au printemps 2014, nous avons fait, à deux couples, un trek de 4 jours dans l’arrière pays de Beni Mellal, toujours avec notre guide Abdou. Passer par un guide, connaissant parfaitement la montagne, le pays et la langue, est un excellent moyen pour effectuer une « plongée » des plus authentiques au cœur du Maroc berbère. Nous savons que ces randonnées « à la carte » sont aussi l’occasion de faire travailler les muletiers locaux. (Tout cela pour un prix très raisonnable.) Ce fut, une nouvelle fois, une magnifique randonnée, où nous avons eu, en 4 jours, les 4 saisons.


« Passer par un guide est un excellent moyen pour effectuer une plongée des plus authentiques au cœur du Maroc berbère »


Alors que la veille il faisait très beau et chaud sur Beni Mellal, nous avons démarré, le lundi matin, « en automne » avec le brouillard et la pluie, puis nous sommes passés « en hiver » avec la grêle l’après midi et la neige en soirée. Nous avions un bivouac prévu sur le plateau d’Igharghar mais pas question de bivouaquer sous la tente dans ces conditions… Abdou, très prévoyant, avait prévu une solution de repli. Nous avons logé chez l’habitant dans une ferme berbère très modeste où nous avons partagé une salle avec les muletiers et notre guide pour dormir.


« Nous avons logé chez l’habitant dans une ferme berbère »


Nous pourrions intituler cette randonnée « Rencontres dans le Moyen Atlas«  tant nous avons côtoyé de personnes dans ces montagnes préservées du tourisme de masse…. Le premier midi, nous avons pique-niqué chez Aïcha qui nous a donné la braise nécessaire à un barbecue improvisé pour cuire le foie du chevreau prévu au tajine du soir. Elle nous a aussi prêté un tajine pour réchauffer la sauce tomate qui a fini en « omelette berbère » grâce aux œufs de ses poules ! Enfin, elle nous a présenté le dernier né de son cheptel, un petit chevreau d’à peine quelques heures.

L’après-midi, la puissance de l’averse de grêle nous a contraints à nous réfugier dans une autre maison, où nous avons pu nous réchauffer et nous sécher près d’un feu allumé à même le sol, sans cheminée…. Autant vous dire qu’il valait mieux se ternir assis que debout car la fumée nous piquait rudement les yeux ! La modestie des lieux n’a pas empêché la famille de nous offrir un thé dont la chaleur nous a fait beaucoup de bien.

Dans la maison qui nous a accueillis pour la nuit, il y avait un poêle dans la pièce principale, donc un peu moins de fumée. Nous avons pu nous changer et faire sécher nos vêtements. Les enfants étaient superbes malgré le manque évident d’hygiène…. surtout la petite dernière d’à peine 6 ans qui était très délurée et qui aurait bien voulu partir avec son grand frère et sa grande sœur (8 ans) le lendemain matin pour garder le troupeau de moutons sur le plateau…


« Au réveil, le mardi matin, nous avons découvert la chaîne du Haut Atlas entièrement enneigée! »


Au réveil, le mardi matin, nous avons découvert la chaîne du Haut Atlas entièrement enneigée. Le ciel était tout bleu, sans un nuage… Une vraie journée de printemps, avec une température très clémente… Le mercredi et le jeudi, c’était l’été, avec plus de 30 ° !!!!!

Dans la matinée, nous avons fait halte pour un thé garni de pain et de beurre fondu (maison) aromatisé au thym dans une maison un peu plus « opulente » (toute proportion gardée bien sûr)… La grand-mère était atteinte de la maladie de Parkinson… Nous avons laissé du Doliprane, ce qui est bien dérisoire au regard du besoin de traitement de cette femme…


« Avant le dîner, nous avons eu droit à un vrai festin de brochettes de foie d’agneau, comme seuls les marocains savent les préparer »


Notre bivouac du deuxième jour était prévu à Toujdarte, tout près de la maison de Naïma, une jeune fille vivant avec ses parents et son frère dans une ferme faisant face à la chaîne du Haut Atlas et aux greniers de falaise de Wallous… Nous avons été reçus dans la pièce de réception, très propre où s’entassaient, dans un ordre impeccable, les tapis et les couvertures tissés à la maison… Cette ferme est tenue remarquablement propre par ses propriétaires… Avant le dîner, nous avons eu droit à un vrai festin de brochettes de foie d’agneau, comme seuls les marocains savent les préparer… La veille, c’était le jour de la tonte des moutons et nos hôtes avaient tué un agneau pour l’occasion…  Nous avons, ensuite, dîné dans le « salon »  et dormi sous les tentes dressées face au panorama pour mieux le savourer dès le réveil ! Au grand dam de la propriétaire des lieux qui a insisté pour que nous acceptions leur hospitalité et dormions dans le salon !

Le 3ème jour, nous avons laissé, à regret, cette famille si accueillante… Dans la matinée, nous avons pris le thé au milieu d’un champ, invités par un cultivateur qui fauchait du fourrage pour ses bêtes. Le repas du midi a été pris dans une autre ferme où nous avons réchauffé les restes du tajine de la veille, trop copieux pour notre appétit du soir émoussé par « l’entrée de brochettes » (au moins 3 par personne).

Après être passés admirer le magnifique grenier collectif de la vallée de Toulouine (entre Tagleft et Moujd), nous avons planté nos tentes sous des oliviers tout près d’un assif où nous avons apprécié de nous rafraîchir.

Le dernier jour, enfin, nous avons fait d’autres haltes imprévues car nous étions invités, avec insistance, par les familles rencontrées à boire le thé, ou le petit lait, et manger le pain et l’huile d’olive ! Nous savions que l’hospitalité berbère était généreuse… Cela va au-delà car les gens sont capables de prendre sur leur nécessaire quotidien pour l’offrir au voyageur de passage….. Nous avons pu nous rendre compte de l’austérité de cette vie rudimentaire où malgré tout il y a de la bonne humeur et une forme de bonheur que nous ne savons sans doute pas mesurer… La plupart de ces gens ignorent  tout, ou presque, de notre société de consommation…. Nous avons vécu de vrais moments de partage….


« Nous étions invités, avec insistance, par les familles rencontrées à boire le thé, ou le petit lait, et manger le pain et l’huile d’olive ! »


La présence d’Abdou, qui connaît quasiment tout le monde dans cette partie du Moyen Atlas, est précieuse. Il est à l’écoute des gens et de leurs problèmes (réfection de pistes, problèmes d’eau…) et n’hésite pas à se faire leur porte-parole près des autorités de la région. Sa simplicité et sa générosité lui permettent d’entretenir des relations vraies avec la population locale, ce dont nous avons pleinement bénéficié en tant que randonneurs !

Côté paysages, nous avons été gâtés car le Moyen Atlas se pare de ses plus beaux atours en cette saison : l’ocre de la terre se mêle au vert des prairies, au gris et vert pâle des montagnes, au rouge des coquelicots, au jaune, violet et blanc des autres fleurs….. Tout au long de cette randonnée, nous avons pu constater que la moindre parcelle de terrain agricole était cultivée : pommes de terre, petits pois…. Nous nous sommes demandé si les personnes rencontrées avaient conscience de la beauté époustouflante des paysages qui les entoure ?? La rudesse de leur vie quotidienne où il faut souvent près d’une demi-journée pour ramener l’eau à la maison ne leur permet sans doute pas de savourer la beauté des lieux, comme nous pouvons le faire, en tant que randonneurs, Notre dernière journée a été la plus « sportive » avec 800m de dénivelé positif mais, au cours de ces 4 jours de randonnée, la variété des paysages et le plaisir de côtoyer la population berbère ont largement compensé les quelques efforts physiques que nous avons eu à fournir !


« L’ocre de la terre se mêle au vert des prairies, au gris et vert pâle des montagnes, au rouge des coquelicots, au jaune, violet et blanc des autres fleurs… »


Nous avons passé la soirée du jeudi avec Abdou et Nezha, sa femme, qui nous a cuisiné un tajine de bœuf pour nous changer du chevreau et de l’agneau, et nous sommes redescendus à Béni Mellal où nous avons retrouvé avec un plaisir certain le confort de notre maison et surtout de nos lits respectifs !


Partez vous aussi vivre une expérience dans le Moyen Atlas avec Abdou


Maroc – Trek de 15 jours dans l’Atlas

Maroc – Trek de 15 jours dans l’Atlas


Témoignage de Thibault
Voyage en couple

15 jours en Août 2016
Guide : Mohammed


Retrouvez ici tous nos guides Marocains



Une semaine avant notre départ pour Marrakech, nous avons finalement décidé de contacter des guides de montagne au Maroc pour organiser un trek dans le Moyen Atlas. Notre choix s’est arrêté sur la proposition de Mohammed : 10 jours de trek dans le Mgoun, logé dans des habitations en dur pour 400 euros par personne tout compris. Nous avions choisi l’ascension du Mgoun, principalement pour sa réputation peu touristique (comparé au Toubkal, plus haut sommet du Moyen Atlas). Le Mgoun, un peu plus éloigné de Marrakech – 5 heures de route environ – culmine à 4068 mètres d’altitude, contre quelques mètres de plus pour le Toubkal. Nous n’avons pas regretté ce choix, bien au contraire : nous avons pu profiter de cette magnifique région quasiment seuls, croisant moins d’un groupe de randonneurs par jour.


« Nous avions choisi l’ascension du Mgoun, principalement pour sa réputation peu touristique »


Il faut bien moins de 10 jours pour faire l’ascension du MGoun. Nous en avons donc profité pour découvrir d’autres splendides régions de l’Atlas marocain comme la « vallée heureuse » ou encore la « vallée des roses ». Mohamed possède une auberge au cœur de la vallée heureuse dans laquelle nous avons passé les deux premières nuits. Avant d’arriver au Mgoun, nous avons pleinement profité de la diversité de cette région, entre vallées verdoyantes, collines asséchées et sommets enneigés. Nous dormions dans des auberges ou bien chez l’habitant, et échangions souvent sur la culture marocaine avec Mohamed tout en découvrant les spécialités culinaires du pays (tajines le soir, légumes frais, brochettes au barbecue, soupes et pains marocains, déserts typiques, thé à la menthe, etc…). Nous déjeunions le plus souvent en chemin.


« Des tarifs bien plus avantageux qu’en passant par une agence»


Tout le long du trek, nos sacs de voyage étaient portés par des mules. Nous marchions à notre rythme, 10h par jour en moyenne et Mohamed se montrait d’une attention particulière dans les moments difficiles, nous proposant souvent d’adapter l’itinéraire si besoin. Il faut savoir que Mohamed encadre tous types de groupes (familles, couples, personnes âgées, jeunes sportifs). Il sillonne l’Atlas marocain depuis son plus jeune âge et connait tous les habitants des villages. Il bénéficie donc des prix locaux : en discutant avec d’autres groupes de randonneurs nous avons vite compris que ses tarifs étaient bien plus avantageux que la majorité de ceux proposés par les agences de voyage françaises.

Nous avons entamé l’ascension du Mgoun à 4h du matin au bout de 5 jours de trek intensif et sommes finalement rentrés vers 15h. Il faut savoir que le nom berbère du Mgoun signifie « mont venteux » ce qui se vérifie assez bien au sommet. Nous étions équipés de crampons pour marcher sur la glace et Mohamed utilisait un piolet pour tailler des points d’appui dans la neige pendant l’ascension. Ce fut une journée d’intenses efforts physiques et malgré le soleil marocain, nous étions équipés de tenues de ski pour endurer le froid à cette altitude. Nous gardons un souvenir magique de cette expédition : le déjeuner au sommet, la satisfaction d’avoir terminé l’ascension et le plaisir de contempler les chaines de montagnes imposantes de l’Atlas marocain. De retour à Marrakech nous avons visité les lieux culturels, les marchés, et avons profité d’un repos bien mérité dans un riad local. Si vous disposez d’un peu de temps nous vous conseillons de prévoir des excursions à la journée (par exemple à Essaouira).

« Ce voyage nous a véritablement ouvert les yeux sur les splendeurs trop méconnues de cette région du Maroc »


A posteriori, je trouve que ce voyage nous a véritablement ouvert les yeux sur les splendeurs trop méconnues de cette région du Maroc que nous ne pouvons que vous conseiller de visiter. Nous avons découvert un mode de vie local très loin de notre quotidien européen. L’hospitalité des populations ou encore la découverte de la culture berbère ont contribué à faire de ce trek au Maroc une expérience inoubliable et véritablement dépaysante.


Retrouvez ici tous nos guides Marocains


Madagascar – 3 semaines entre découvertes et entraide

Madagascar – 3 semaines entre découvertes et entraide


Témoignage d’Alain
Voyage en groupe de 12 personnes
3 semaines en Mai 2017
Guide : Aurélien


Vous aussi vivez une expérience avec Aurélien


Pour organiser ce séjour, j’ai pris contact avec Aurélien que j’ai découvert en surfant sur différents blogs et site de voyage, afin qu’il me fasse un devis pour un séjour de 3 semaines sur l’île pour 12 personnes. Je lui ai indiqué les endroits où nous voulions passer et surtout le seul impératif que je lui imposais était que dans tous les hôtels ou nous stationnerons devait avoir des toilettes et douche pour chaque chambre et une propreté irréprochable pour la literie ! (Nous voulions surtout proscrire les hôtels « Novotel, Sofitel etc.. »).


« Distribution de fournitures scolaires »

Après nous être mis d’accord sur le prix et les prestations nous avons réservé nos billets d’avion. Ayant droit pour chaque passager à 2 valises de 25 kg j’ai informé Aurélien que nous allions arrivés avec 12 valises de 25 kg pleines de fournitures scolaires afin de les distribuer pendant notre périple… Première agréable surprise, Aurélien me suggère de ne pas prendre ces fournitures (cahiers crayons gomme etc..) car nous les achèterons nettement moins cher sur place et de plus nous faisons marcher le commerce local qui en a bien besoin ! (Voilà enfin quelqu’un qui pense à son peuple !)


« La cohésion était total avec Aurélien »

Arrivés sur place nous étions attendu par Aurélien et un car Mercedes d’une vingtaine de places avec un chauffeur, un aide chauffeur et Aurélien, nous étions donc une quinzaine de personnes à commencer ce périple dans un véhicule en très bon état et très propre.
Dès le départ nous avions demandé à Aurélien que tous les repas (matin midi et soir) se prenaient tous ensemble pendant les trois semaines et ainsi notre cohésion fût totale avec Aurélien le chauffeur et son aide…


« Des moments de pur bonheur »

Ce serait trop long de raconter l’ensemble de notre voyage mais je puis vous assurer que ce fût pour la grande majorité de notre groupe une découverte avec des imprévus extraordinaires qu’Aurélien avait agrémenter notre séjour sans augmenter la note de départ. : groupe folklorique Malgache avant le dîner à l’hôtel, soirée de chant pendant une soirée sous la tente avec la jeune chanteuse qui avait gagné la star académie de Madagascar accompagnée de quatre guitaristes et choristes, des moments de pur bonheur à en avoir la chair de poule…


Vous aussi vivez une expérience avec Aurélien


Madagascar – 3 fabuleuses semaines avec Adrien

Madagascar – 3 fabuleuses semaines avec Adrien

Témoignage de Charles
Voyage entre amis de 7 personnes
Juillet 2016
Guide : Adrien

« Un ravissement de chaque instant »

Nous sommes un groupe de 7 amis seniors, et avons voyagé à Madagascar 3 semaines avec Adrien et son équipe; c’était un ravissement de chaque instant ! Adrien nous attendait à notre arrivée à Antananarivo avec son minibus, son sourire et sa bonne humeur…..briefing à l’hôtel et début d’un séjour de rêve…

Après un jour à Antananarivo et le choc social et culturel que renvoie cette mégalopole, nous prenons la mythique RN 7 pour d’Antsirabe, et atteindre le 3ème jour Miandrivazo.  Chaque étape sur cette route sur les hauts plateaux nous apportait son lot de surprises et de rencontres plus agréables les unes que les autres: marchés, fabriques de briques, vendeuses d’ananas (succulents) et même une fête des morts, colorée et musicale…Adrien et son chauffeur étaient très attentifs à nos envies, nous suggéraient beaucoup mais n’imposaient rien….et nous donnaient sur leur pays et ses coutumes un éclairage irremplacable…! Bref, ce début de voyage était au-delà de ce que nous espérions et était de bonne augure pour la suite…


« Adrien et son chauffeur étaient très attentifs à nos envies, nous suggéraient beaucoup mais n’imposaient rien… »

Miandrivazo, c’est le départ pour un des moments forts de notre séjour: la descente de la Tsiribihina. Là nous attendaient, en plus d’Adrien et José (chauffeur), la merveilleuse équipe de la Sirène, notre bateau pour 3 jours.

Difficile de rendre compte par les mots de ces instants passés sur l’eau: les couleurs, l’ambiance « zen », les rires de l’équipage, sensation de planer hors du temps…mais le meilleur était à venir: les bivouacs sur un bans de sable au bord du fleuve, et les chants et danses offerts, non pas en spectacle, mais comme partagés entre amis….moments inoubliables…! Nous y avons pris notre douche dans la plus grandiose salle de bain qu’aucun hôtel de luxe ne peut proposer: une cascade et son lac d’eau translucide en guise de baignoire…! magique !

Arrivés à Belo-sur-Tsiribihina, changement de moyen de transport: ce sont maintenant des 4X4 qui vont nous convoyer vers un des joyaux de Mada: Les Tsingy. C’est une univers minéral qui a émergé il y a des milliers d’années et qui constitue un univers chaotique unique au monde. Evoluer dans les Grands Tsingy s’apparente parfois à de l’escalade tout en restant accessible à la plupart. Frissons assurés tant le lieu est majestueux !!

Retour en 4X4 à Belo, puis remontée sur Morondava, en partie sur le fleuve avec des barges antédiluviennes et bricolées qui portaient miraculeusement les véhicules…puis par la piste (peu de routes asphaltées à Mada en dehors de la RN7).


« Frissons assurés tant le lieu est majestueux!! »

Morondava: capitale du baobab. Le passage obligé est la célèbre allée éponyme, à visiter au coucher du soleil…….beaux moments d’émotion que de voir le soleil s’éteindre sur ces monstres de la nature dans un flamboiement de couleurs jaune-orangées…


Déjà 1 semaine de passée et pour se remettre de ces émotions, nous gagnons Toliary par un vol intérieur puis Ifaty en minibus pour 5 jours de farniente au bord du canal du Mozambique. Au programme: plage, sorties en mer avec ces typiques bateaux de pèche à balanciers, dégustation de langoustes, balades….le tout dans un havre de paix de type « carte postale » avec palmiers, sable blanc, bungalows et bateaux multicolores…..merci Adrien !

Dernière semaine, nous reprenons la route en minibus pour Ranohira et le parc de l’Isalo  (ses lémuriens endémiques),  la réserve d’Anja avec sa faune et flore uniques, et tout au long de la route vers les hauts plateaux, des rencontres inoubliables: un village de forgerons, un autre de menuiserie, des chercheuses d’or, des fabriques artisanales de papier, de miniatures avec des canettes de bière, et tant d’autres…!

Nous faisons halte à Ranomafana et son climat tropical, son riche arboterum. Une surprise nous y attendait: Adrien a fait venir de Antananarivo (5 heures de route aller !) un gâteau d’anniversaire pour Françoise….un des nombreux exemple de l’attention qu’il nous a porté tout au long de notre séjour.

Retour à la capitale pour nos derniers jours malgaches……et diner en famille chez Adrien pour le dernier soir…Nous avons fait connaissance il y a 3 semaines avec un guide touristique; nous quittons aujourd’hui un ami…

Nous le recommandons vivement, si vous recherchez un séjour original, détendu, en marge des sentiers battus, et qui respecte votre rythme et vos envie, le tout avec le sourire, et souvent dans de grands éclats de rire…!


Retrouvez ici Adrien


Sénégal – 17 jours authentiques avec Sidy

Sénégal – 17 jours authentiques avec Sidy

Témoignage de
Groupe de 4 amis
Avril 2013
Guide : Sidy


Nous sommes partis avec un couple d’amis pour découvrir le  Sénégal en avril 2013. J’avais contacté Sidy dont j’avais relevé ses coordonnées sur un forum de voyage et nous n’avons pas été déçus! Nous voulions de « l’authentique, et nous avons eu de l’authentique. 


« Il est amusant, ouvert, ponctuel,  très débrouillard et a toujours le sourire  »

Sidy vient de la région de Kédougou (nous avons rencontré sa famille, ce sont des gens très accueillants). Il parle couramment  le français et l’espagnol. Il est amusant, ouvert, ponctuel,  très débrouillard et a toujours le sourire. On s’est senti en sécuritéavec lui tout le long de notre séjour.

Aprés un petit tour de ville à Dakar, nous avons commencé notre périple par la traversée en barque du « lac rose »visite de St Louis en calèche et poursuite du voyage jusqu’au « Parc du Djoudj », nuit sous la tente dans le désert de Lompoul, visite des greniers à mil à Joal-Fadiouth, l’île aux coquillages et pour finir, petit tour en pirogue dans la mangrove prés de la lagune de la Somone.

Puis départ pour Mbour le retour des pêcheurs ! Fabuleux !

Nous voilà déjà reparti jusqu’au Sénégal oriental direction la réserve de Niokolo-koba, en suivant, le marché de Kédougou , le bord du Gambie. Près de Kédougou où vivent les tribus Bassari nous allons a la rencontre du peuple Bédik d’Iwool (village d’Andjiel ), le jour des cérémonies d’initiation !
Rien ne nous échappe ! Cascade de Dindefello, la mine d’or de Bantako, et au retour l’incontournable Île de Gorée.

Rendu à Dakar , comme nous sommes plongeurs, Sidy nous a accompagné dans un club ou nous avons pu profiter des fonds marins tout aussi surprenant que ce que nous à offert ce pays !

Dix sept jours, en taxi brousse, hébergement très basique … pour 730€ par personne ! Nous gardons un excellent souvenir de ce voyage. Merci Sidy!


Retrouvez ici Sidy


Bitnami